Photo vachewww.photo-libre.fr

Il existe plusieurs raisons de devenir végétarien :

 - par soucis écologique : la FAO estime que l'élevage est responsable de 18 % des émissions des gaz à effet de serre, soit plus que les transports.

 - par soucis de santé : certaines études montrent de très nets avantages d’un régime végétarien notamment sur les problèmes cardiovasculaires ou sur certains cancers.

 - par respect du bien-être animal : un article ne suffirait pas à décrire les conditions d’élevage intensif dans les fermes dites « modernes ».

 

Si vous êtes végétarien et que vous évoquez en société les deux premières raisons, il y a peu de chance que vous souleviez un tollé. En revanche, réclamez-vous de la cause animale et vous passerez au mieux pour un petit être sensible au pire pour le niais de service. Ma position par rapport à ces réactions tient dans les réponses aux deux questions suivantes : seriez-vous capable d’élever et de tuer vous-même votre bétail pour le consommer ? Cautionnez-vous les conditions d’élevage intensif ?

Si la réponse à l’une ou l’autre de ces questions est non, alors je trouve qu’il y a une forme d’hypocrisie dans le fait de consommer de la viande ou a minima de la viande issue d’élevage intensif.  J’ai d’ailleurs remarqué que les personnes qui portent ces accusations de sensiblerie sont souvent les mêmes qui refusent de regarder les reportages ou de lire un livre sur les conditions d’élevage.*

Pour nous éviter tout désagrément lié à une confrontation à la réalité, les industriels de la viande et les grandes surfaces mettent d’ailleurs en œuvre tout un tas de stratégies marketing efficaces: multiplication des labels et signes de qualité, photo d’animaux heureux s’ébattant en plein champs, évocation d’une alimentation « 100% végétale »…

Dès lors, comment faire le lien entre le morceau de viande sous cellophane du supermarché et l’être vivant, que vous avez trouvé si mignon dimanche dernier à la ferme pédagogique? Comment croire que votre poulet a vécu 45 jours sans voir la lumière alors que sur la photo il a l’air si content dans sa basse-cour ?

Nous acceptons de nous contenter des informations que l’industrie nous donne, parce que ça nous déculpabilise. Prendre conscience de la réalité nous met face à nos responsabilités. Beaucoup d’entre nous ne franchissent pas le pas et préfère rester aveugles, bien au chaud dans leur zone de confort.

Et vous, choisissez vous le confort des œillères ou décidez-vous de prendre vos responsabilités et de changer vos habitudes ?

Pour moi, un végétarien est une personne qui prend ses responsabilités et qui a une forte conscience des enjeux du monde qui l’entoure. Pour autant, je ne dis pas qu’on ne peut pas manger de la viande de manière responsable et consciente – on peut acheter de la viande issue d’élevage bio ou en tout cas respectueux du bien-être animal. On peut aussi en réduire sa consommation.

Vous n'êtes pas d'accord avec mes propos? Réagissez dans les commentaires, la discussion est ouverte !

Envie d’aller plus loin ?

*Le livre noir de l’agriculture d’Isabelle Saporta. Si vous arrivez à manger du jambon après avoir lu le passage sur l’élevage porcin, je vous tire mon chapeau.