Photohttp://www.photo-libre.fr

Dans ce blog je parlerai souvent de « manger bio » car c’est pour moi une condition nécessaire à une alimentation saine.

Quelques soient vos raisons de vous lancer dans une alimentation bio – santé, protection de l’environnement, bien-être animal… - vous serez confrontés à la question du budget.

En effet, garder une alimentation française classique, centrée sur les produits carnés, en  bio s'avère à mon avis financièrement impossible pour le commun des mortels.  Choisir de manger bio induira donc naturellement des modifications de vos habitudes alimentaires.

Comme tout changement, vous y êtes peut-être tout d’abord réfractaire (« mais elles sont très bien mes habitudes alimentaires ! ») ou bien cela vous fait peur (« mon dieu mais qu’est-ce que c’est du tofu soyeux ? »).

A travers cet article, je veux montrer que quelques changements alimentaires simples peuvent vous permettre de manger bio sans faire banqueroute. Et cerise sur le gâteau (bio), ces changements seront également bénéfiques pour votre santé ! En effet, les recherches scientifiques les plus récentes remettent en cause certaines recommandations nutritionnelles communément admises et proposent une nouvelle vision de la diététique.

Vous verrez donc que revoir son assiette en se conformant aux dernières trouvailles de la diététique vous permettra de manger bio sans vous ruiner ET avec de grands bénéfices pour votre santé. Pour mieux comprendre, suivez le guide !

 

Plutôt qu'un long discours, commençons par jeter un oeil à la pyramide alimentaire proposée par le Plan National Nutrition Santé :

 

A priori, si vous êtes un français moyen, vous reconnaitrez dans cette pyramide l'équilibre de votre assiette quotidienne. A moins que vous ne viviez dans une grotte, vous aurez en effet eu du mal à échapper aux nombreux messages nutritionnels dont on vous rebat les oreilles à longueur de journée. D'ailleurs, peut-être versez vous de temps en temps une larme de reconnaissance face à tant de soucis de votre bien-être.

Cependant, certains scientifiques, journalistes ou nutritionnistes ont une vision bien différente de ces recommandations.

Outre le fait de préconiser des règles nutritionnelles en fonction des surplus de productions agricoles nationales (« Les produits laitiers sont nos amis pour la vie »), ils reprochent également à cette pyramide de ne pas être au fait des dernières recherches sur la nutrition (les frites en socle de nos besoins alimentaires ?)

Il existe aujourd’hui des alternatives à cette pyramide fort contestable. J’ai choisi de vous présenter une pyramide éditée par le site « lanutrition.fr » dans le livre « La Meilleure façon de manger ». Cette pyramide prend en compte les recherches modernes (notamment la notion d’index glycémique).

Bien qu'il existe d'autre pyramides à travers le monde, j'ai choisi de vous présenter celle-ci car elle me semble la plus en accord avec un certains nombres d’auteurs dont les analyses m’ont semblé particulièrement justes (je pense notamment à David Servan-Schreiber, France Guillain ou encore Thierry Souccar).

La pyramide alimentaire proposée par le site lanutrition.fr

Pyramide

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses spécificités:

  • Elle place les légumes, légumineuses et fruits comme aliments de base de notre alimentation
  • Elle préconise fortement de privilégier les céréales non raffinées aux céréales raffinées (pain blanc, pates blanches, riz blanc…sont situés en haut de la pyramide dans la catégorie des produits à consommer de manière exceptionnelle)
  • Elle met en avant l’importance des matières grasses végétales qui sont indispensables au bon fonctionnement du corps humain. Elle met l’accent sur la qualité nécessaire de ces huiles, et préconise des huiles biologiques dont on est sûr qu’elles ne subissent aucun traitement chimique ou thermique.
  • Elle modère l'importance des produits carnés et précise l’importance des poissons dans l’alimentation en les plaçant à un étage différent de la pyramide.
  • Elle suggère de limiter notre consommation de laitage à 0 ou 2 par jour au lieu des 3 à 4 portions conseillées par la plupart des nutritionnistes et par les autorités sanitaires. D’après le site lanutrition.fr « Les laitages n’ont absolument pas fait la preuve qu’ils préviennent l’ostéoporose et en plus, ils sont suspectés, à dose élevée, de favoriser cancers, maladies cardiovasculaires, maladie de Parkinson et maladies auto-immunes. Celles et ceux qui aiment les laitages peuvent continuer d’en consommer, surtout sous la forme de fromages et yaourts, les autres ne doivent pas en faire une obligation. »

 

On voit bien que cette nouvelle vision de la diététique favorise les aliments les moins onéreux (fruits, légumes, légumineuses, céréales, oeufs…). Les proportions des aliments coûteux comme la viande, le poisson ou les produits laitiers sont réduites.

En suivant ces recommandations nutritionnelles, vous pouvez donc passer à une alimentation bio sans augmenter votre budget !

Par exemple, consommer de la viande bio 2 à 3 fois par semaine ne vous reviendra pas plus cher (voire même moins cher) que de consommer de la viande d’élevage intensif deux fois par jour.

Bien sûr, cela nécessite d'apprendre une nouvelle manière de s’alimenter, un nouvel équilibre de l’assiette. Cela peut faire peur, mais Rome ne s’est pas fait en un jour et vous pouvez entamer des changements progressifs.

Quand on sait que cette nouvelle alimentation est plus saine, plus écologique et pas forcément plus coûteuse, pourquoi hésiter ?

*A ce sujet, je vous conseille l’excellent « Santé, Mensonges et Propagande » de Thierry Souccar et Isabelle Robard